Upgrade to PRO to use this Header element

Get a PRO plan

Upgrade to PRO to use this Info element

Get a PRO plan

Quelles barrières vous empêchent de vous lancer et comment les lever

impossible effacé préjugés de la retraite à l'étranger

S’installer à l’étranger n’est pas une démarche anodine, surtout à la retraite. Une expatriation peut donc faire peur.

Et c’est normal.

Il y a beaucoup de (bonnes) raisons de partir vivre à l’étranger à la retraite (voir notre article précédent); mais il y a également de bonnes ou mauvaises raisons de ne pas partir, ou de remettre ce projet à plus tard pour finalement ne jamais franchir le pas.

Voici les principales barrières pour une expatriation à la retraite, et quelques suggestions pour les lever.

L’éloignement des proches et le mal du pays

L’éloignement des proches, famille et amis, constitue l’un des principaux freins au départ. Il est légitime de craindre de mal vivre l’éloignement d’avec ses enfants et petits-enfants par exemple.

Mais s’expatrier n’implique pas forcément de s’installer au bout du monde.

De nombreux pays présentent l’avantage d’être à la fois proches (moins de 3 heures de vol de la France par exemple) et de bénéficier d’une fréquence de vols importante de et vers Paris et la province, à des prix très accessibles sur les nombreuses compagnies régulières et low-costs qui les desservent : Croatie, Grèce, Espagne, Portugal, Maroc…

Au-delà des proches, on peut redouter d’avoir le mal du pays. Ça passe assez vite en général, la plupart des expatriés le disent.

Et si, pour les clichés, le fromage et une bouteille de Chablis vous manquent terriblement, vous pourrez toujours faire un petit écart si c’est très cher car importé (et on trouve du bon vin partout!).

Le choc culturel

Le choc culturel suit la courbe de résistance au changement. Une expatriation s’accompagne souvent d’une phase d’euphorie, puis d’une phase, parfois difficile, de désillusion. Cela finit (presque) toujours par une phase d’ajustement et d’adaptation qui fait oublier les mauvais moments. L’idéal est quand même de bien se renseigner sur le où les pays où vous souhaitez partir pour minimiser les mauvaises surprises et déconvenues.

graphe choc culturel

C’est compliqué, je ne sais pas par où commencer

S’installer à l’étranger à la retraite peut effectivement être compliqué et anxiogène. Un tel projet implique de gérer une multitude de démarches dans de nombreux domaines (immigration, santé, logement, fiscalité…) auprès d’une foule d’interlocuteurs en France et à l’étranger (donc parfois dans une langue étrangère).

Neoexpat peut vous aider à y voir clair dans la jungle des démarches et propose notamment une checklist ultra-détaillée et personnalisée des démarches (générée automatiquement par un algorithme tenant compte de votre profil et de votre projet) et un tableau de bord permettant de suivre l’avancement de son projet depuis son espace personnel (voir liens plus bas).

La sécurité

C’est évidemment un sujet de préoccupation lorsqu’on se déplace à l’étranger, en voyage ou en expatriation. Certains pays souffrent d’une mauvaise réputation parfois justifiée, mais pas toujours.

Si vous hésitez sur un pays, il faut approfondir la question, prendre du recul et ne pas se limiter à une ou deux sources d’information.

Le site du Ministère des Affaires Étrangères est plutôt anxiogène ; et, à titre d’exemple, sachez que la France est classée 66ème pays du monde au classement Global Peace Index 2020…

La santé

Une bonne couverture santé à l’étranger peut coûter cher, surtout à la retraite, et nous sommes habitués à avoir accès en France à un système de santé performant, l’un des meilleurs du monde, à un coût plutôt abordable en comparaison d’autres pays.

Mais nous ne sommes pas le seul pays à avoir un système de santé performant. Et selon vos attentes et si le système public local du pays où vous souhaitez vivre ne vous convient pas, il existe certainement un système privé compétent.

Un équilibre peut être trouvé entre vos attentes et vos moyens.La pandémie a par ailleurs montré que certains pays qu’on n'attendait pas avaient plutôt mieux géré la crise que la France.

Retrouvez dans notre comparatif pays plus de détails sur les systèmes de santé et l’accès aux soins dans les principaux pays d’expatriation à la retraite ici.

L’intégration

S’installer à l’étranger implique de s’intégrer et, parfois, de reconstruire une vie sociale une fois sur place. C’est peut être plus facile pour des étudiants ou des actifs grâce à la fac, les collègues de travail ou l’école des enfants.

A moins d’aller dans un coin reculé, vous n’êtes certainement pas les premiers français à vous installer dans le pays où vous souhaitez aller. Dans beaucoup de pays, il existe de très nombreux moyens qui facilitent l’intégration (associations, évènements, réseaux sociaux etc…), que vous préfériez rencontrer des locaux, des français ou d’autres expatriés (ou, l’idéal, les trois à la fois).

Découvrez plus d’infos sur notre plateforme!

Par ailleurs, si vous envisagez de partir dans un pays non francophone, le fait d’apprendre la langue et de faire l’effort de la parler, même sommairement, constitue toujours un sésame incroyable pour rencontrer et créer des liens avec des locaux.

La peur du retour

Avant de penser au retour, pensez au départ…

Plus sérieusement, un retour d’expatriation constitue un challenge. Mais vous pourrez vous faire aider par votre entourage, vous parlez la langue, connaissez les administrations, organismes, prestataires à contacter.

Et vous aurez l’expérience d’une installation dans un pays étranger, beaucoup plus compliquée. Vous serez nécessairement mieux armé(es) si vous rentrez.

***********************************************

S’installer à l’étranger à la retraite présente donc de nombreux avantages et de nombreux challenges, et les freins généralement remontés par les candidats au départ sont plutôt légitimes mais tous, ou presque, peuvent être levés.Neoexpat vous aide à construire et mettre en œuvre votre projet grâce à un parcours en 5 grandes étapes, des dossiers complets et des outils en ligne permettant de préparer et suivre l’avancement de vos démarches.

“Le plus difficile pour un homme qui habite Vilvoorde et qui veut aller vivre à Hong-Kong,

ce n'est pas d'aller à Hong-Kong, c'est de quitter Vilvoorde”

– Jacques Brel

logo_neoexpat

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez nos précédents articles :

Préparez maintenant l'après-covid

Pourquoi la retraite à l'étranger ?

  • Découvrez notre dossier “Retraite à l’étranger : êtes-vous prêt(e) ? sur notre plateforme ici

Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici

Upgrade to PRO to use this Comments element

Get a PRO plan

Être informé lorsqu'un nouvel article est publié

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles