Catégories
blog

Immobilier au Portugal : un point sur la situation et les perspectives

Immobilier au Portugal : un point sur

la situation et les perspectives

Carole Gonçalves est une expatriée française au Portugal. A la tête d’une société de conseil dans la région de Lisbonne , elle décrypte pour nous la situation du marché immobilier au Portugal dans le contexte de sortie de crise, et ses perspectives à court et moyen terme.

Comment la pandémie a-t-elle impacté le marché de l’immobilier au Portugal ?

L’impact se situe principalement sur la nature de la demande. Les portugais, comme beaucoup d’autres personnes dans le monde, ont pris conscience de l’importance du cadre de vie et grâce au télétravail qui s’est énormément développé, une tendance à s’éloigner des grandes et moyennes agglomérations s’est installée. Ainsi, on peut observer une demande accrue sur les maisons avec jardins ou sur les appartements avec terrasses en grande périphérie de Lisbonne par exemple.

Quelle est la situation aujourd’hui ? 

Le marché se porte très bien, d’autant que les investisseurs étranger sont de retour prouvant ainsi que le Portugal est bien devenu une destination phare. C’est ce que montrent les données publiées par l’INE du mercredi 22 septembre 2021, enregistrant une hausse de 6,6% en glissement annuel au deuxième trimestre 2021.

La situation est-elle différente d’une région à l’autre ? 

Les prix de vente sont en hausse dans toutes les régions, toutefois certaines régions étant plus prisées que d’autres (comme la zone métropolitaine de Lisbonne ou la région du nord), le volume d’affaires est très supérieur.

Quelles sont, selon vous, les perspectives d’évolution à moyen terme ? Est-ce toujours intéressant pour les français d’acheter un bien au Portugal ? 

Oui c’est toujours intéressant d’acheter un bien au Portugal. Le prix des biens augmentent toujours, même si on s’aperçoit que la hausse commence à ralentir. La crise de la Covid 19 nous a démontré que le marché immobilier portugais était solide. Les nationaux n’ont jamais cessé leurs investissements et les étrangers ont simplement retardé leurs projets en attendant la réouverture des frontières.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles on est confronté lorsqu’on est français et qu’on souhaite acheter un bien au Portugal pour sa retraite ?  

La principale difficulté, c’est la langue ! Il est vrai que beaucoup de portugais parlent français ou anglais mais ce n’est jamais simple d’entamer un nouveau projet dans une autre langue. Autre point délicat, l’administratif. Les démarches sont sensiblement les mêmes qu’en France, cependant chaque pays à ses particularités et le Portugal ne déroge pas à la règle.  

Quels sont les points de vigilance ? 

Il y a un point sur lequel il faut insister au Portugal : o certidão de teor ou caderneta de registo predial. Ce certificat décrit de manière très détaillée toute l’histoire de la maison en ce qui concerne sa construction et son emplacement. Il sert également à confirmer la propriété de ses propriétaires. Beaucoup de biens n’en ont pas. En principe les agences vous le signalent immédiatement mais il vaut mieux demander pour éviter les visites inutiles.

A propos de Carole, notre partenaire en immobilier dans la zone métropolitaine de Lisbonne jusqu’à Setubal

Amoureuse du Portugal depuis de nombreuses années, Carole a voulu tenter la belle expérience de l’expatriation. C’est ainsi qu’elle est arrivée au Portugal durant l’été 2020 avec sa petite famille sous le bras. Venant du monde de l’immobilier, c’est tout naturellement qu’elle a créé sa société de conseil pour apporter son aide aux personnes souhaitant investir au Portugal. Après avoir conclu un partenariat avec RE/MAX Collection Sealand, elle a imaginé un service global pour vous aider dans votre projet immobilier au Portugal.

Pour aller plus loin,

Vous souhaitez déménager au Portugal à la retraite ? Carole vous aide à chaque étape de votre projet d’achat immobilier dans la zone métropolitaine de Lisbonne jusqu’à Setubal. 

De la recherche à la signature, des démarches administratives à l’aménagement, Carole sera à vos côtés pour vous guider et vous seconder.

Visitez sa page !

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Retraite à l’étranger et protection sociale

Retraite à l’étranger et protection sociale

Dans cet article, notre partenaire santexpat.fr présente les principales options de santé qui existent dans un projet d’expatriation à la retraite. Celles-ci diffèrent notamment selon la durée du/des séjour(s) et la zone (où le pays) où vous résiderez.

Vous allez bientôt être à la retraite (ou vous l’êtes déjà), et vous souhaitez vous installer à l’étranger ? Excellente idée ! Même s’il s’agit d’une très belle aventure, il est important de se poser les bonnes questions avant votre départ. La santé fait partie des sujets à sécuriser à l’étranger. En effet, les frais à engager peuvent être importants et fréquents, il est donc important d’être bien couvert. 

Si une personne passe plus de 6 mois de l’année en France, elle est considérée comme résidente française et sera donc couverte par l’Assurance Maladie lors de ses séjours à l’étranger. A l’inverse, si elle passe plus de 6 mois à l’étranger, elle ne bénéficie plus de ces avantages.

Vous vous expatriez en Europe

Portugal, Espagne, Grèce … Vous avez choisi un pays de l’Union européenne pour votre retraite ? Il vous sera alors possible de continuer à bénéficier de vos droits à l’Assurance Maladie, à condition de suivre le dispositif mis en place par le pays de résidence. 

Pour pouvoir continuer à bénéficier de la Caisse d’Assurance Maladie et de votre retraite, il vous faudra communiquer votre nouvelle adresse aux différents organismes (Caisse d’Assurance Maladie et Caisse de Retraite) puis vous devrez remplir et présenter les formulaires adéquats (formulaire E 121/S1) à la sécurité sociale locale. Ce formulaire est nominatif, il faudra donc que chaque membre du foyer en fasse la démarche.

Il est important de noter que, même si votre sécurité sociale peut-être maintenue lors de votre retraite en Europe, ce ne sera pas le cas de votre mutuelle. Vous ne bénéficierez donc que d’une couverture partielle, c’est-à-dire que vous serez remboursé sur la base tarifaire de votre pays d’expatriation et non français. Les coûts de santé varient énormément d’un pays à l’autre et sont souvent supérieurs aux tarifs français. Pour bénéficier d’une couverture totale, quelle que soit la situation, il vous faudra souscrire à une assurance complémentaire. Celle-ci vous permettra d’avoir l’esprit tranquille en toute situation.

Si vous devez vous faire soigner lors de vos retours en France, l’intégralité de vos droits s’appliquera.

Vous vous expatriez hors d’Europe

Si vous avez décidé de vous expatrier hors d’Europe, les démarches liées à votre santé se complexifient un peu. Il existe plusieurs cas de figure. Il est important de bien se renseigner sur le pays de destination et les différentes démarches à suivre pour être bien couvert en cas de pépin.

Heureusement, certains pays bénéficient de conventions bilatérales de sécurité sociale avec la France (le Maroc, la Tunisie…). Dans ce cas, vous pouvez avoir accès à la couverture locale. Les formalités d’affiliation pouvant varier d’un pays à l’autre, nous vous conseillons de vous renseigner en amont auprès de la Caisse d’Assurance Maladie, du CLEISS* ou auprès des experts santexpat.fr

En cas d’accident ou de maladie dans votre pays de résidence, vous pourrez vous faire soigner et bénéficier de la prise en charge de vos frais de santé selon les dispositifs établis dans ce pays. 

Comme quand vous résidez en Europe, vous ne bénéficierez que d’une couverture partielle. Ainsi, pour être couvert à 100 %, il vous faudra souscrire à une assurance santé complémentaire.

Si, enfin, vous partez dans un pays qui ne bénéficie pas de ces conventions bilatérales (Thaïlande, Île Maurice, République Dominicaine Indonésie…), il faudrait vous affilier à la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) et/ou souscrire à une assurance santé internationale privée pour que vos frais de santé soient pris en charge. Santexpat.fr vous propose des solutions en complément de la CFE ou au premier euro en fonction de votre pays d’expatriation et de votre profil.

Pour aller plus loin, notre partenaire santexpat.fr, expert en santé internationale, propose de vous accompagner dans le choix de votre couverture santé internationale en fonction de votre profil et de vos besoins.

*CLEISS : Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (https://www.cleiss.fr/)

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Interview de la rentrée : Rencontre avec Dominique, installée à Tavira depuis 2018

L’interview de la rentrée : rencontre avec Dominique, installée à Tavira depuis 2018

Dominique s’est installée à Tavira, en Algarve, au moment de la retraite. Elle nous parle notamment du challenge que peut être l’intégration au Portugal quand on est retraité(e), des qualités qu’il faut avoir ou développer pour s’adapter, et de la satisfaction de voir ses efforts porter leurs fruits.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Dominique, j’ai 65 ans, je suis célibataire et je vis maintenant à Tavira, où je me suis installée définitivement en novembre 2018. Mes enfants et mes amis  viennent régulièrement me rendre visite. Tous apprécient le calme de cette jolie ville, les magnifiques plages  et le sentiment de sécurité qui règne au Portugal. Ici la vie est sans stress, les portugais ont encore la chance de prendre leur temps et ont une très grande disponibilité. Il est nécessaire de se laisser aller à ce rythme bien différent et de vivre sereinement les quelques lenteurs notamment administratives.

Ma vie professionnelle s’est déroulée essentiellement dans le milieu du  spectacle, à Paris, en région et à l’international.

Pourquoi avoir quitté la France au moment de la retraite ?

J’avais envie de nouveauté, d’un nouveau projet de vie en arrivant à la retraite. Bouger ou déménager permet de répondre à cette envie, et s’installer à l’étranger m’a semblé encore plus excitant, car on se retrouve vraiment face à soi-même.

Même si c’était secondaire, le côté économique a joué également, car au Portugal, comme dans d’autres pays, on peut vivre mieux qu’en France.

Aviez vous déjà vécu à l’étranger auparavant ?

J’ai vécu deux ans à Florence en Italie, j’ai beaucoup tourné en France, et à l’étranger.

Quels sont les pré-requis pour se lancer dans un tel projet, en particulier si on est seul(e) ?

Je pense qu’il faut certaines qualités humaines, être audacieux et sociable. La capacité d’aller vers les autres est importante, et il faut selon moi  être prêt à faire des efforts, apprendre la langue notamment, pour s’adapter et s’intégrer.

Pourquoi au Portugal ? et pourquoi en Algarve ?

Le choix s’est fait grâce à des amis, qui souhaitaient s’installer en Algarve et y vivent aujourd’hui une partie de l’année, et qui m’ont convaincu de m’y installer également.

Où en êtes-vous de l’apprentissage depuis notre rencontre à Tavira en octobre dernier ?

J’ai pu continuer à progresser, notamment grâce à l’Alliance Française, qui a ouvert des cours virtuels avec l’arrivée du covid. Je suis maintenant à l’aise dans la plupart des situations de la vie courante, même au téléphone. J’atteins parfois mes limites dans des discussions ou des démarches compliquées, mais globalement j’arrive bien à communiquer.

Est-ce difficile de s’intégrer ?

Ce peut être difficile de rencontrer des Portugais, de créer de vraies relations. Et particulièrement dans les zones touristiques, où la population portugaise est plus jeune et travaille. On peut donc se retrouver en décalage. Le niveau moyen des pensions de retraite au Portugal est assez bas par rapport à la France. Les retraités Portugais ne vivent pas tous au même endroit et de la même façon que les retraités étrangers qui vivent en Algarve, principalement sur le littoral. 

Par la force des choses, je me suis fait des amies françaises, ce qui n’était pas forcément ma volonté en arrivant. 

Il faut chercher des espaces et des opportunités où l’on peut rencontrer des portugais. Ce peut être du bénévolat, voire faire de la politique au niveau local, avec humilité.

Est-ce selon vous plus compliqué de s’intégrer quand on est seul(e) ?

Je ne pense pas. Au contraire, porter seule un tel projet oblige à aller vers l’autre, alors qu’un couple pourrait avoir tendance à se suffir à lui-même. Et, je le répète, cela oblige à chercher en soi des qualités humaines nécessaires pour s’adapter. C’est très gratifiant !

Avec 3 ans de recul, quelles sont, s’il y en a, les bonnes et les mauvaises surprises ?

A part le covid, qui a rendu certaines choses plus compliquées pour tout le monde, je n’ai eu que des bonnes surprises ! 

Le seul bémol concerne ma voiture. Je n’avais pas réalisé que les démarches pour immatriculer ma voiture prendraient autant de temps et me coûteraient aussi cher. Je déconseille d’importer sa voiture. Autant acheter sur place, ou louer ponctuellement, d’autant qu’on peut presque tout faire en transports en commun. 

Sinon, je n’ai aucun regret ! Que du bonheur !

Pour aller plus loin :

  • Contactez-nous pour en savoir plus sur le coût de la vie, l’immobilier en Algarve ; sur la santé, la fiscalité au Portugal et les démarches pour s’y installer à l’année ou quelques mois par an
  • Inscrivez-vous sur notre plateforme pour préparer et sécuriser votre installation au Portugal à la retraite : liste personnalisée des démarches, suivi de l’avancement de votre projet, accès à nos partenaires dans les domaines de la retraite (bilan retraite), la santé, le juridique, la fiscalité, l’immobilier, la logistique etc…
  • Retrouvez nos précédents articles ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

5 questions à se poser avant de se lancer seul(es) dans la préparation de sa retraite à l’étranger

5 questions à se poser avant de se lancer seul(es) dans la préparation de sa retraite à l’étranger

Comme nous l’avons déjà évoqué, s’installer à l’étranger à la retraite constitue une option concrète de se réinventer, d’augmenter son pouvoir d’achat et d’améliorer sa qualité de vie, quels que soient ses revenus. 

Il s’agit d’un projet tout à fait accessible et réaliste, même dans le contexte actuel de crise sanitaire*.

Mais avant de vivre sur place et de profiter de tous les avantages d’une retraite au soleil,  vous devrez effectuer de nombreuses démarches dans différents domaines (immigration, santé, déménagement, fiscalité etc…) auprès de différents interlocuteurs, en France et dans votre pays d’accueil. 

Le chemin s’apparente donc à une aventure en soi et revient à gérer vrai un projet, dans la durée (sur plusieurs mois), qui va nécessiter du temps, de l’énergie et (un peu) d’argent. 

Vous êtes candidat au départ ? Posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer !

1. Est-ce que je sais où trouver les informations dont j’ai besoin ?

Est-ce que je sais combien coûte vraiment la vie sur place ? Ai-je réellement les moyens d’habiter à cet endroit ? Est-ce que je connais quelqu’un de confiance sur place pour m’aider à trouver un logement ? pour ne pas me faire avoir ? Comment être sûr que les informations que j’ai collectées sont fiables ?

Autant de questions auxquelles il n’est pas toujours évident de répondre. Il existe un nombre infini de sources sur certains sujets, sur les réseaux sociaux, sites internet et forums. Mais les informations, commentaires ou conseils sont parfois (voire souvent) contradictoires. 

Identifier la ou les sources fiables et mises à jour (car la réglementation évolue) et les interlocuteurs de confiance, en France et sur place, est primordial pour éviter les erreurs et, parfois, ne pas se faire avoir.

2. Est-ce que je sais comment m’y prendre et par où commencer ?

Certaines démarches nécessitent d’être anticipées et gérées en amont du départ car elles doivent respecter un calendrier donné (immigration, fiscalité…). D’autres peuvent être gérées plus tard ou au fil de l’eau car aucune échéance précise n’y est associée. Mais dans bien des cas il vaut mieux ne pas attendre d’être confronté à un problème (exemple : problème de santé) ou un blocage une fois sur place (papier manquant, pas d’internet…) et sécuriser certains sujets avant le départ pour s’épargner des soucis et des déconvenues (financières, médicales, juridiques…) par la suite qui pourraient coûter cher ou être lourdes de conséquences.

3. Avez-vous le temps, l’énergie et l’envie de gérer seul(es) autant de démarches ?

Vous avez peut-être le temps si vous êtes déjà à la retraite, et peut-être pas si vous êtes encore actif et prochainement en retraite. Au-delà du temps, et sans être pour autant atteint de phobie administrative, gérer seul(es) un projet d’expatriation à la retraite requiert une bonne organisation et, selon le pays de destination, de la patience.

4. Quels sont les principaux risques liés à un tel projet ?

Les risques d’erreurs sont nombreux, mais les conséquences ne sont pas toutes identiques. Les principaux risques concernent, selon nous, les sujets suivants : 

la santé : un pépin sérieux à l’étranger peut coûter cher ou avoir des conséquences dramatiques si vous êtes mal couvert ou êtes loin des structures adaptées 

la fiscalité : là aussi, les erreurs d’appréciation ou d’anticipation peuvent coûter cher…

le juridique : un divorce ou un décès à l’étranger pourra avoir des conséquences importantes (et inattendues) si les questions matrimoniales ou successorales n’ont pas été anticipées 

la validation du projet : ne pas être clair(es) avec soi-même sur ses motivations, ses freins et ses contraintes peut conduire à de tristes désillusions. Il y aura nécessairement des hauts et des bas une fois sur place, passée la phase de lune de miel du début.

Une bonne préparation permet ainsi de sécuriser son projet et d’optimiser ses chances de succès. Faute d’anticipation suffisante dans ces domaines, des problèmes financiers, juridiques, médicaux ou d’affect amènent chaque année des français expatriés à rentrer en France dans la douleur et à renoncer à leur retraite au soleil.

5. Que peut m’apporter une aide extérieure spécialisée dans l’expatriation à la retraite ? Est-ce onéreux?

Un accompagnement à chaque étape de votre projet permet de gagner du temps et de faire des économies (en évitant les mauvaises surprises et les erreurs qui coûtent cher) et conduit à sécuriser et réussir son projet.

*à la date où nous écrivons, la situation reste très hétérogène d’un pays à l’autre

Pour aller plus loin :

  • Contactez-nous pour en savoir plus sur le coût de la vie, l’immobilier en Algarve ; sur la santé, la fiscalité au Portugal et les démarches pour s’y installer à l’année ou quelques mois par an
  • Inscrivez-vous sur notre plateforme pour préparer et sécuriser votre installation au Portugal à la retraite : liste personnalisée des démarches, suivi de l’avancement de votre projet, accès à nos partenaires dans les domaines de la retraite (bilan retraite), la santé, le juridique, la fiscalité, l’immobilier, la logistique etc…
  • Retrouvez nos précédents articles ici, en particulier notre article Retraite à l’étranger : par où commencer?

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Pourquoi passer sa retraite en Algarve ?

Pourquoi passer sa retraite en Algarve ?

L’Algarve est sans conteste l’une des meilleures destinations en Europe pour passer sa retraite. Pourquoi ? Simplement parce que cette région ne présente presque que des avantages et permet ainsi à quasiment tous les profils de retraités français (et d’autres pays) de s’y épanouir : couples, femmes seules, retraités aux revenus confortables ou modestes, golfeurs, randonneurs, voileux, amateurs de calme ou en quête d’animation, vous trouverez certainement un coin pour votre retraite en Algarve. 

L’Algarve en (très) bref

Du Cap Saint-Vincent à l’ouest à Tavira à l’est, à seulement 30mn de la frontière espagnole, L’Algarve est la région la plus au sud du Portugal, et la plus petite. Elle est bordée au sud et à l’ouest par l’Océan Atlantique, au nord par l’Alentejo et à l’est par l’Andalousie. En 2021, elle compte environ 450 000 habitants permanents. Les principales villes sont Loulé, Faro, Portimao et Albufeira. Même si la région s’est beaucoup modernisée ces dernières années, elle regorge encore d’authentiques villages de pêcheurs surplombant l’océan et de superbes petites criques nichées entre les rochers et les falaises dorées. Ses plages (environ 150 sur toute la côte) sont parmi les plus belles d’Europe. 

Le meilleur climat en Europe ?

L’Algarve bénéficie de plus de 3000 heures de soleil par an ! Le climat est globalement assez homogène, mais il peut faire légèrement plus chaud à l’est qu’à l’ouest, où les falaises peuvent être davantage balayées par les vents de l’océan. Les précipitations sont faibles et les températures sont douces toute l’année, ce qui fait du climat en Algarve l’un des plus agréables du continent.

L’accessibilité

Idéalement situé, l’aéroport international de Faro dessert différentes villes de France avec de très nombreux vols réguliers et low-costs tout au long de l’année. Vous pouvez donc rentrer facilement et régulièrement en France à moindre coût ou recevoir la visite de vos proches. 

Sur place, l’autoroute, récente et confortable, permet de circuler aisément dans toute la région mais également de se rendre assez facilement et rapidement à Lisbonne. 

La culture et le patrimoine

L’Algarve est une région moderne mais bien ancrée dans son passé et ses traditions. La région compte un nombre important de sites et villes historiques (Faro, Tavira, Silves pour ne citer qu’eux), témoins de son riche passé.

La gastronomie et la cuisine, à base de produits de la mer, déçoivent rarement, et vous trouverez sur place de très bons vins bon marché.

Des infrastructures modernes

Au niveau de la santé, l’Algarve compte aujourd’hui plusieurs hôpitaux importants, notamment à Lagos et Faro, et le secteur privé dispose d’une offre importante et moderne bien adaptée aux étrangers compte tenu du nombre croissant de retraités expatriés d’Europe et d’Amérique du nord.

Pour le reste, vous trouverez sur place tout le confort moderne auquel vous êtes habitué en France (notamment les commerces et grandes enseignes internationales).

Une palette très large d’activités

Un des avantages du climat est qu’on peut pratiquer toutes sortes d’activités extérieures toute l’année, y compris la natation ! Il existe de très beaux sentiers de randonnée, et la région est reconnue pour ses parcours de golf de renommée mondiale.

Pour les amateurs de voile et de bateau, les principales marinas sont Lagos, Portimão,Albufeira, Vilamoura et Faro.

Un coût de la vie toujours attractif (dépenses courantes, immobilier, fiscalité)

Comme dans le reste du pays, et même si cela peut s’estomper dans le temps, le coût de la vie au Portugal / en Algarve reste sensiblement plus bas qu’en France. 

A l’heure où le coût de l’immobilier sur le littoral français explose, l’Algarve offre encore des opportunités intéressantes, y compris en bord de mer, comparativement à la France.

Et malgré les changements intervenus en 2020 sur l’exonération de l’impôt sur les pensions de retraite, l’imposition à 10% reste attractive pour de nombreux contribuables.

Il y a bien quelques points négatifs

Le seul bémol, à notre avis, est lié au nombre de touristes l’été et au nombre d’expatriés qui peut rendre l’expérience d’une vie à l’étranger moins savoureuse.

La côte, en particulier les plages de l’ouest, sont très fréquentées en juillet et août. Si vous cherchez du calme, cela doit être pris en considération.

L’avantage de l’Algarve est justement que vous avez la possibilité de vivre dans l’arrière pays mais sans ne jamais être très loin de l’animation de la côte, des commerces et restaurants, de l’aéroport ou d’un hôpital.

Où s’installer pour la retraite en Algarve ?

Le choix est difficile ! Nous vous présenterons nos coups de cœur dans une prochaine newsletter !

Pour aller plus loin :

  • Contactez-nous pour en savoir plus sur le coût de la vie, l’immobilier en Algarve ; sur la santé, la fiscalité au Portugal et les démarches pour s’y installer à l’année ou quelques mois par an
  • Inscrivez-vous sur notre plateforme pour préparer et sécuriser votre installation au Portugal à la retraite : liste personnalisée des démarches, suivi de l’avancement de votre projet, accès à nos partenaires dans les domaines de la retraite (bilan retraite), la santé, le juridique, la fiscalité, l’immobilier, la logistique etc…
  • Retrouvez nos précédents articles ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Retraite à l’étranger : par où commencer ?

Retraite à l’étranger : par où commencer ?

Déménager nécessite un minimum de préparation et d’organisation. Quand on reste dans la même ville ou le même secteur, les tâches sont limitées. On peut faire un transfert d’adresse mais on n’est pas obligé de changer d’agence bancaire ni de médecin traitant. 

Quand on change de ville ou de région, davantage de démarches s’imposent. On peut rester dans la même banque ou conserver son fournisseur d’internet, mais il faudra probablement changer d’agence et faire un transfert de compte ou d’abonnement, par exemple. 

Et quand on quitte la France pour s’installer à l’étranger, il y a encore plus de choses à gérer, 

  • dans de nombreux domaines (immigration, santé, impôts, juridique, assurances…)
  • auprès de nombreux interlocuteurs (administrations, banques, fisc, avocats, caisses de retraite…)
  • parfois dans une langue étrangère.

Cela est d’autant plus vrai à la retraite que si l’on est actif, car souvent l’entreprise qui envoie ses salariés à l’étranger s’occupe ou sous-traite de nombreuses tâches : recherche du logement, gestion des démarches administratives et des abonnements utilitaires (eau, électricité, internet, téléphonie mobile) entre autres.

Alors, par où faut-il commencer pour préparer sa retraite à l’étranger ?

Cela va dépendre de votre caractère, de votre côté prévoyant ou insouciant. 

Dans tous les cas et pour tous les profils, notre première suggestion est d’aller sur place pour humer l’air local et vérifier que ce pays, cette île, ce quartier, cette plage est fait (ou pas) pour vous. Renoncer, changer d’avis ou de spot sera, à ce stade, sans conséquence grave, voire salvateur ! (lire notre dossier “voyage exploratoire : coût ou investissement?” dans la rubrique “S’inspirer” de notre plateforme – en accès gratuit après inscription).

Ensuite, pour le reste, plusieurs options sont possibles.

Vous pouvez ne rien préparer, ou pas grand chose, et vous installer là où vous le souhaitez, chercher un logement temporaire sur une plateforme de réservation, puis voir sur place et gérer les démarches d’expatriation au fur et à mesure.

Cette formule convient à certaines personnes qui se laissent porter et ne s’embarrassent pas de contraintes. Ce n’est pas forcément une mauvaise option, elle offre beaucoup de souplesse et est d’autant plus facile à vivre quand on est seul(e).

L’inconvénient principal, c’est le risque. Sans parler d’engager des démarches, ne pas identifier vos options dans certains domaines (notamment la santé et la fiscalité) peut coûter cher.

Un autre inconvénient est le coût potentiel lié au manque d’anticipation. Des aller-retours seront sans doute nécessaires, pour renouveler un visa par exemple, ou parce que tout ne peut être géré à distance. On peut donc parfois gagner du temps et faire des économies en anticipant certaines démarches.

Une autre option consiste à anticiper les choses et faire une checklist (ou liste de tâches) qui devra dans l’idéal, pour être la plus complète possible, récapituler les points suivants :

  • le “quoi” : les démarches à faire 
  • le “qui” : les interlocuteurs à contacter 
  • le “comment” : démarches en ligne ? nécessité de se rendre à un guichet dans une banque, une administration ? 
  • le “où” faire ces démarches : dans votre pays d’accueil ? en France ? à Paris ? en région ? 
  • le “quand” : certaines démarches doivent être complétées avant le départ, d’autres au moment du départ, et d’autres encore peuvent être gérées sur place une fois installé(es). Il peut être utile de faire un rétroplanning. 

Vous pouvez élaborer cette checklist vous-même grâce, notamment, aux nombreux sites internet, forums en ligne, réseaux sociaux et groupes facebook qui existent sur le sujet.

L’avantage principal, c’est que toute l’information utile pour élaborer votre checklist est disponible, et majoritairement gratuitement.

L’inconvénient, c’est que l’information est pléthorique, et souvent contradictoire lorsqu’il s’agit de cas particuliers. Si vous cherchez des éléments d’ordre général, il vous faudra “simplement” trier l’information et distinguer laquelle est fiable et à jour parmi de nombreuses ressources. Si vous cherchez des informations particulières liées à votre profil, votre situation, votre projet (et ce sera nécessairement le cas), il vous faudra probablement trouver un moyen de vérifier l’exactitude des informations récoltées. Les forums et réseaux sociaux regorgent d’infos et de conseils d’expatriés qui souhaitent sincèrement partager leur expérience et aider les candidats au départ mais, pour les cas particuliers et sur certains sujets techniques ou complexes, il peut être difficile, face à des réponses parfois contradictoires, de savoir qui a raison.

Tout ça prend du temps…

Vous pouvez ensuite gérer ces démarches vous-même, parfois avec l’aide d’un professionnel sur certains sujets : agent immobilier, conseiller en gestion de patrimoine, avocat ou notaire pour les questions liées à l’immobilier, à la fiscalité ou à votre succession, pour ne citer qu’eux. Nous recommandons en effet, si vous gérer vous-même votre projet, de veiller à sécuriser à minima les questions d’ordre juridique (notamment votre régime matrimonial et de succession) et celles liées à la santé et à la fiscalité.

Les difficultés à gérer soi-même son projet sont nombreuses. En voici au moins deux :

  • il faut identifier les bons interlocuteurs, en France et dans votre pays d’accueil. Cela ne va pas de soi. Il est probable que votre notaire, par exemple, aussi bon soit-il, ne soit pas compétent en droit international privé et ne maîtrise pas toutes les subtilités du sujet en lien avec votre pays de destination.
  • dans certains pays, les démarches avec l’administration ou par exemple avec les fournisseurs d’accès (électricité etc..) doivent être réalisées au guichet et peuvent prendre l’après-midi (ou la semaine!)… Il faut du temps, du flegme et de la patience. 

Une autre option encore consiste à vous faire aider et accompagner par un interlocuteur qui va gérer le projet et coordonner pour vous toutes les démarches et les interlocuteurs en France et dans votre pays d’accueil.

C’est l’offre de services de neoexpat, qui propose une approche innovante de l’expatriation à la retraite en mettant l’humain et le digital au service de votre projet :

  • l’humain, car il s’agit d’un projet de vie, avec une forte dimension affective,
  • le digital, pour simplifier autant que possible un processus compliqué et anxiogène.

Neoexpat a décomposé un projet d’expatriation à la retraite en 5 grandes étapes (1. s’inspirer, 2. s’orienter, 3. se préparer, 4. s’installer, 5. s’intégrer) et 15 balises, et propose sur sa plateforme :

  • une checklist ultra-détaillée et personnalisée des démarches générée grâce à son algorithme,
  • un tableau de bord, pour suivre plus facilement l’avancement de son projet,
  • un réseau de partenaires en France et à l’étranger, experts dans tous les domaines de l’expatriation à la retraite,
  • la gestion des démarches d’immigration et de relocation, selon vos besoins et votre budget.

Découvrez notre plateforme pour démarrer ou accélérer votre projet d’expatriation à la retraite !

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez nos précédents articles :

Préparez maintenant l’après-covid

Pourquoi la retraite à l’étranger ?

Quelles barrières vous empêchent de vous lancer ?

Quels critères considérer pour choisir un pays pour sa retraite ?

  • Découvrez notre dossier “Retraite à l’étranger : êtes-vous prêt(e) ? sur notre plateforme ici

Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Quels critères considérer pour choisir un pays pour sa retraite ?

Quels critères considérer pour choisir

un pays pour sa retraite ?

Nous avons présenté dans notre dossier “Où partir à l’étranger à la retraite” un aperçu des principaux critères à considérer pour choisir le meilleur pays pour sa retraite. Nous les passons ici en revue de manière plus détaillée. 

Il n’y a pas d’ordre de priorité. A vous de voir quels critères sont importants selon votre projet et votre situation.

Le coût de la vie

Que peut-on espérer gagner en pouvoir d’achat (dépenses courantes) ?

Il faut exclure ici le logement et les impôts, décrits séparément plus bas, et considérer les dépenses courantes de nourriture, de loisirs (activités sportives, culturelles, restaurants, cinéma, théâtre, opéra etc…) de transport sur place (transports en commun ou essence, péage) et pour rentrer en France occasionnellement ou fréquemment. 

Essayez autant que possible de vous projeter dans votre nouvelle vie, sans forcément vous baser sur vos dépenses actuelles en France. Vous achèterez peut-être un petit bateau ou ferez de la plongée sous-marine si vous partez en Thaïlande, alors que vous n’aviez aucune dépense de ce type jusqu’ici en France. Vous irez peut-être beaucoup plus souvent au restaurant justement parce que votre pouvoir d’achat a augmenté.

Le logement / l’immobilier

Coût de l’immobilier et conditions d’accession à la propriété pour les étrangers, marché locatif…

Le logement est évidemment l’un des critères les plus importants dans le choix d’un pays pour sa retraite. Que vous souhaitiez vivre en ville, à la campagne ou en bord de mer, vivre à l’étranger permet souvent d’améliorer son confort de vie en accédant à un logement plus confortable qu’en France : plus grand, proche de la mer, maison avec piscine… 

Tenez compte des conditions d’accession à la propriété pour les étrangers qui existent dans certains pays (en Thaïlande par exemple), et de l’évolution du marché (exemple de la forte baisse en Grèce après la crise il y a 10 ans).

La fiscalité

Convention fiscale avec la France, exonérations ou avantages fiscaux…

Si vous souhaitez payer moins d’impôts, plusieurs pays offrent des avantages aux retraités étrangers qui permettront pour un temps de réduire la facture. Cela vous permettra d’augmenter votre pouvoir d’achat ou de transmettre davantage à vos descendants. Mais la fiscalité ne doit pas à notre avis être le critère principal pour choisir un pays pour sa retraite. Une expatriation constitue un tel changement de vie qu’il ne peut se limiter à une optimisation fiscale. 

N’oubliez pas de considérer toutes les implications (patrimoine, succession…).

Le climat

Nombre de jours d’ensoleillement, températures et amplitudes, impact des saisons…

Ce critère fait souvent l’objet d’un raccourci. On pense “pays du sud” et on pense aussitôt “soleil”. C’est globalement vrai, mais d’autres éléments doivent être considérés. Dans de nombreux pays, comme c’est le cas en France, il peut exister des variations importantes du nord au sud et selon les saisons. 

Le choix d’un pays va nécessiter de choisir un lieu de vie, que ce soit en ville, à la campagne ou en bord de mer, et donc le climat doit être appréhendé localement, et pas seulement au niveau d’un pays tout entier. 

Certaines îles des Canaries sont très ventées, ce qui ne peut pas convenir à tout le monde. Plus proches des tropiques, des pays comme la Thaïlande, l’Île Maurice ou la République Dominicaine ont des saisons des pluies, de l’humidité ou une chaleur étouffante que tout le monde ne peut pas supporter.

La santé

Système de santé et accès aux soins (coût, qualité, conditions d’accès) :

A 60 ou 65 ans, on est en général en bonne santé et l’on peut avoir du mal à se projeter en situation de dépendance, ou plus simplement avec une santé déclinante. Le coût d’une bonne couverture santé à l’étranger étant parfois élevé, certaines personnes renoncent à prendre des couvertures adaptées. A l’inverse, la crainte de vieillir dans un autre pays dissuade certains français de s’installer à l’étranger, souvent à tort car il existe différentes options d’accès aux soins, pour différents budgets. 

Nous pensons que ce critère santé ne doit pas constituer un frein au départ, et à l’inverse ne doit pas être occulté, mais être considéré sereinement en se posant les bonnes questions en fonction de sa situation (son âge, son état de santé actuel), ses attentes en termes de soins (public/privé notamment) et son budget.

L’accessibilité

Eloignement de la France (métropole) et des proches, transports (offre disponible, fréquence et coût)…

Vous serez amené à rentrer occasionnellement ou fréquemment en France dans différentes situations, par exemple pour rendre visite à vos proches, pour une urgence ou parce que vous avez le mal du pays.

Vivre à l’étranger n’exclut évidemment pas que vos enfants, petits-enfants et amis vous rendent visite. Renseignez-vous sur les modes de transport entre la France et les pays que vous étudiez et, tout comme le climat, regardez ce critère au niveau local et pas seulement à l’échelle du pays. Considérez notamment :

  • l’offre disponible : pouvez-vous y aller et rentrer en voiture, en train, en avion ? Combien de compagnies aériennes desservent ce pays? Quelles villes sont desservies (en France ET dans le pays) ? Y a-t-il des compagnies régulières et des low-costs ? 
  • quelle est la fréquence des vols ? (important surtout en cas d’urgence) 
  • le coût : plus c’est loin, plus c’est cher… Et plus il y a de compagnies aériennes qui desservent ce pays, plus les coûts seront bas.

La complexité et le coût des démarches

Eventuelles restrictions à l’entrée, coûts de voyages de découverte, d’un déménagement

Vous connaissez l’administration en France. Dites-vous que c’est parfois pire ailleurs… 

La complexité des démarches et l’efficacité des administrations sont très différentes d’un pays à l’autre. Dans certains pays, ce sera très facile. Tout ou presque pourra être géré en ligne. Dans d’autres, ça peut être plus compliqué… et vous devrez gérer les démarches dans une autre langue.

Heureusement neoexpat est là pour vous aider !

La stabilité et la sécurité

Insécurité, risques politiques, économiques, sanitaires et climatiques

Ces 2 critères ont été regroupés mais peuvent être appréhendés séparément.Globalement, les principales destinations des retraités français présentent un niveau d’insécurité assez limité. 

Les risques d’instabilité sont de différentes natures, les plus importants étant les suivants :

  • au niveau politique, le Brexit illustre bien l’impact que peut avoir un changement de politique sur les expatriés…
  • au niveau économique, l’inflation et les risques de change, notamment, peuvent impacter (dans les 2 sens pour le change) votre pouvoir d’achat.

Les autres risques peuvent être d’ordre sanitaire (pandémie par exemple : le Covid n’a pas été géré de la même façon en Thaïlande, à Maurice ou au Brésil) et d’ordre climatique : nous sommes encore “relativement” épargnés en France, mais certains pays sont plus touchés par ces risques : tsunamis, feux de forêts, montée des eaux…

L’intégration

Barrière de la langue, fossé culturel, religieux, communauté d’expatriés etc…

A moins de vouloir vivre en ermite ou de connaître déjà des gens sur place, il vous faudra vous intégrer dans votre nouveau pays. Que vous souhaitiez vivre auprès des locaux et éviter les expatriés, côtoyer d’autres français ou un mix des deux, cela nécessitera d’aller vers les autres. Et cela sera plus ou moins facile selon le pays, sa langue, sa culture et la communauté d’expatriés sur place. Il existe une multitude de moyens pour rendre votre intégration plus facile. Contactez-nous pour en savoir plus.

Les services

Services à la personne, infrastructures, enseignes internationales…

Dans certains pays où le salaire moyen est plus bas, votre budget vous permettra peut-être de financer de l’aide à domicile pour le ménage, les repas, le jardin etc…

En termes d’infrastructures, au delà des hôpitaux ou aéroports (voir les critères santé et accessibilité plus haut), l’existence d’infrastructures (ex : marinas) et leur état (état des routes notamment) peuvent être très différents selon les pays. 

Enfin, si cela est important pour vous, soyez conscient que les grandes enseignes internationales ou de grandes surfaces n’existent pas partout, en particulier dans certains pays en développement.

La nature, les activités, les loisirs

Environnement naturel, activités sportives, culturelles, artistiques

Que vous fassiez de la danse, du golf ou de la plongée, certaines activités ne seront pas disponibles ou possibles dans tous les pays ou régions. mais on peut pratiquer le yoga, la marche, la randonnée ou le vélo presque partout. Renseignez-vous en fonction de vos hobbies !

La culture et le patrimoine

Patrimoine, gastronomie etc…

Cinéma, théâtre, restaurant, sites historiques… Là encore, l’offre est assez hétérogène selon les pays et leur histoire, et au sein même d’un pays selon les régions.

Rendez-vous sur notre page Où partir pour aller plus loin !

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez nos précédents articles :

Préparez maintenant l’après-covid

Pourquoi la retraite à l’étranger ?

Quelles barrières vous empêchent de vous lancer ?

  • Découvrez notre dossier “Retraite à l’étranger : êtes-vous prêt(e) ? sur notre plateforme ici

Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
contenu privé

Immigration | Maroc

Dossier en construction

Catégories
contenu privé

Déménager en Espagne

Dossier en construction

Catégories
contenu privé

Immigration | Portugal

Dossier en construction