Upgrade to PRO to use this Header element

Get a PRO plan

Upgrade to PRO to use this Info element

Get a PRO plan

Préparez maintenant l'après-covid

couple après covid

La sortie de crise se profile enfin en France, mais la situation en Europe et dans le monde est très hétérogène, et nous sommes nombreux à avoir remis à plus tard nos projets de voyages et de mobilité internationale. Les restrictions liées au Covid vous ont peut être contraint de rester en France et d’annuler ou de reporter votre projet d'expatriation à la retraite. Mais la situation ne vous empêche pas de continuer à rêver et de planifier l’après-covid ! C’est même le bon moment pour penser à la vie d’après et préparer la sortie de crise pour être prêt, le moment venu, à réussir vos nouveaux projets de vie.

Mûrir son projet, faire un budget, identifier et lister les démarches, ou même apprendre une nouvelle langue… De nombreuses choses peuvent être anticipées. S’installer à l’étranger à la retraite implique de gérer une multitude de démarches, dans de nombreux domaines, auprès d’une foule d’interlocuteurs, et une expatriation réussie dépend largement de la qualité de sa préparation. Le caractère imprévisible de la pandémie souligne même, plus que jamais, qu’il faut bien préparer (notamment) les questions de santé.

La Covid-19 rebat les cartes dans de nombreux domaines : sanitaire, économique, politique etc… et génère de nouvelles contraintes mais également de nouvelles opportunités !

Voici un petit tour d’horizon de ce que vous pouvez préparer dès maintenant, en tenant compte des principaux impacts de la pandémie à court terme et en attendant de vous installer à l’étranger pour de bon (ou simplement de faire un voyage exploratoire).

Où partir : la crise rebat les cartes, tenez-en compte

Contrairement aux actifs ou aux étudiants qui s’expatrient dans le monde entier, les retraités français s’installent historiquement et majoritairement dans une dizaine de pays seulement. Les principaux critères considérés pour choisir le pays où s’installer à la retraite sont (sans tous les citer ici) : le climat, la proximité géographique, le coût de la vie, le système de santé et l’accès aux soins, la fiscalité et la sécurité.

La crise que nous traversons touche tous les pays du monde, mais les impacts immédiats et à moyen terme sont et seront plus ou moins critiques selon le cas. La crise n’a pas été gérée de la même façon entre Etats, et les conséquences sont très différentes d’un pays à l’autre. Que vous ayiez déjà choisi votre destination ou que vous commenciez seulement à y réfléchir, il peut être utile de considérer trois éléments dans votre réflexion :

De nombreux pays ont changé ou changent leur politique d’immigration

Les nouveaux visas “télétravail” illustrent bien cette tendance et la nécessité pour de nombreux pays d’attirer à nouveau des étrangers (actifs et/ou retraités occidentaux) sur leur sol pour notamment la consommation et la reprise économique. Ces changements peuvent directement impacter l’attribution des visas et rendre compliqué ou encore aléatoire un projet de retraite dans certains pays à court terme (exemple de la Thaïlande). Dans d’autres cas, des avantages fiscaux sont instaurés pour attirer les retraités étrangers, comme l’a fait la Grèce en 2020. La situation est encore souvent incertaine, et il est difficile d’anticiper tous les changements à venir. Il faut donc rester en veille sur ce sujet.

Les questions sanitaires et de santé

Au niveau sanitaire également la crise rebat les cartes. Il apparaît clairement que certains pays gèrent beaucoup mieux que d’autres la crise sanitaire et cela pourrait avoir des conséquences sur le choix des futurs expatriés d’une destination plutôt qu’une autre. La pandémie a conduit de très nombreux expatriés à rentrer – temporairement ou de manière permanente – dans leur pays d’origine. Cela pourrait dissuader des candidats à l’expatriation à la retraite de partir s’installer au bout du monde et les encourager à se rabattre sur des pays plus proches, permettant si besoin d’organiser plus facilement un retour inopiné.

L’impact sur l’économie

Si les prévisions sont toujours à considérer avec prudence, il apparaît déjà que certains pays retrouveront leur niveau de PIB d’avant la crise dès 2022, mais d’autres pas avant 2023 voire 2024. Parmi les pays les plus durement touchés par la crise, on trouve notamment ceux dépendant du tourisme et qui sont justement des destinations privilégiées pour la retraite à l’étranger (la Thaïlande, la Grèce, le Portugal, également l’Espagne). Les conséquences possibles sur le coût de la vie (inflation), le prix de l’immobilier, la fiscalité etc… doivent être prises en compte.

Anticipez ce qui peut (ou doit) l'être :

Que vous soyez déjà décidé(es) ou que vous caressiez vaguement l’idée de vous installer à l’étranger à la retraite, de nombreuses choses peuvent et doivent être anticipées. Selon la maturité de votre projet, vous pourrez par exemple vous renseigner en détail sur le coût de la vie et les prix de l’immobilier et préparer un budget, ou initier certaines démarches qui prennent du temps comme la demande d’un visa pour certains pays.

Plus concrètement, l’immobilier mis à part, deux sujets peuvent coûter particulièrement cher ou être lourds de conséquence s’ils sont mal préparés :

La couverture santé

Certaines personnes s’expatrient sans se préoccuper de cette question, ou en l’occultant car une bonne couverture santé à l’étranger peut coûter cher, surtout à la retraite. C’est tout à fait possible de repousser ce sujet à plus tard, mais risqué. C’est comme pour une assurance auto ou habitation : il vaut mieux s’assurer avant l’accident ou le sinistre, pas après. Même si vous êtes aujourd'hui en bonne santé, celle-ci peut se dégrader avec le temps. Ne négligez pas cette étape et anticipez autant que possible ces changements et le choix des solutions en fonction de votre situation et de vos moyens.

Les questions d'ordre juridique

Ces questions ne sont pas les plus drôles mais, là encore, des erreurs ou des mauvais choix (ou le simple fait de ne pas s’en occuper) peuvent être lourds de conséquences. Si vous divorcez ou que vous décédez à l’étranger, les règles qui s’appliqueront dans votre pays d’accueil ne sont pas nécessairement celles qui s’appliquent en France. Il est donc avisé de sécuriser ces sujets (succession notamment) avec un spécialiste.

***********************************************

En conclusion, selon le projet de vie que l’on a, la crise que nous traversons peut rendre compliqué un départ à très court terme (mais pas impossible!), et les incertitudes qui perdurent (ouverture des frontières, conditions d’accès, aléas économiques etc…) vous empêchent peut-être de passer à l’action et concrétiser un projet de retraite à l’étranger. Mais rien ne vous empêche de commencer à vous préparer, tout en restant flexible et résilient.

Une chose est sûre : la situation mondiale et dans chaque pays va continuer d’évoluer dans les mois à venir, générant de nouvelles contraintes et de nouvelles opportunités !

A vous de voir le verre à moitié plein…

logo_neoexpat

Pour aller plus loin :

  • Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici
  • Inscrivez vous sur notre plateforme pour obtenir une checklist détaillée et personnalisée des démarches ici
  • Découvrez nos autres articles sur la retraite à l'étranger ici

Nous publierons dans les prochaines semaines un comparatif des meilleures destinations pour vivre sa retraite à l’étranger et un quiz pour découvrir dans quels pays vous installer.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Join our list stay in the loop with promos.

Être informé lorsqu'un nouvel article est publié

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles