Catégories
blog

Quelles barrières vous empêchent de vous lancer

Quelles barrières vous empêchent de vous lancer et comment les lever

S’installer à l’étranger n’est pas une démarche anodine, surtout à la retraite. Une expatriation peut donc faire peur.

Et c’est normal.

Il y a beaucoup de (bonnes) raisons de partir vivre à l’étranger à la retraite (voir notre article précédent); mais il y a également de bonnes ou mauvaises raisons de ne pas partir, ou de remettre ce projet à plus tard pour finalement ne jamais franchir le pas.

Voici les principales barrières pour une expatriation à la retraite, et quelques suggestions pour les lever.

L’éloignement des proches et le mal du pays

L’éloignement des proches, famille et amis, constitue l’un des principaux freins au départ. Il est légitime de craindre de mal vivre l’éloignement d’avec ses enfants et petits-enfants par exemple.

Mais s’expatrier n’implique pas forcément de s’installer au bout du monde.

De nombreux pays présentent l’avantage d’être à la fois proches (moins de 3 heures de vol de la France par exemple) et de bénéficier d’une fréquence de vols importante de et vers Paris et la province, à des prix très accessibles sur les nombreuses compagnies régulières et low-costs qui les desservent : Croatie, Grèce, Espagne, Portugal, Maroc…

Au-delà des proches, on peut redouter d’avoir le mal du pays. Ça passe assez vite en général, la plupart des expatriés le disent.

Et si, pour les clichés, le fromage et une bouteille de Chablis vous manquent terriblement, vous pourrez toujours faire un petit écart si c’est très cher car importé (et on trouve du bon vin partout!).

Le choc culturel

Le choc culturel suit la courbe de résistance au changement. Une expatriation s’accompagne souvent d’une phase d’euphorie, puis d’une phase, parfois difficile, de désillusion. Cela finit (presque) toujours par une phase d’ajustement et d’adaptation qui fait oublier les mauvais moments. L’idéal est quand même de bien se renseigner sur le où les pays où vous souhaitez partir pour minimiser les mauvaises surprises et déconvenues.

C’est compliqué, je ne sais pas par où commencer

S’installer à l’étranger à la retraite peut effectivement être compliqué et anxiogène. Un tel projet implique de gérer une multitude de démarches dans de nombreux domaines (immigration, santé, logement, fiscalité…) auprès d’une foule d’interlocuteurs en France et à l’étranger (donc parfois dans une langue étrangère).

Neoexpat peut vous aider à y voir clair dans la jungle des démarches et propose notamment une checklist ultra-détaillée et personnalisée des démarches (générée automatiquement par un algorithme tenant compte de votre profil et de votre projet) et un tableau de bord permettant de suivre l’avancement de son projet depuis son espace personnel (voir liens plus bas).

La sécurité

C’est évidemment un sujet de préoccupation lorsqu’on se déplace à l’étranger, en voyage ou en expatriation. Certains pays souffrent d’une mauvaise réputation parfois justifiée, mais pas toujours.

Si vous hésitez sur un pays, il faut approfondir la question, prendre du recul et ne pas se limiter à une ou deux sources d’information.

Le site du Ministère des Affaires Étrangères est plutôt anxiogène ; et, à titre d’exemple, sachez que la France est classée 66ème pays du monde au classement Global Peace Index 2020…

La santé

Une bonne couverture santé à l’étranger peut coûter cher, surtout à la retraite, et nous sommes habitués à avoir accès en France à un système de santé performant, l’un des meilleurs du monde, à un coût plutôt abordable en comparaison d’autres pays.

Mais nous ne sommes pas le seul pays à avoir un système de santé performant. Et selon vos attentes et si le système public local du pays où vous souhaitez vivre ne vous convient pas, il existe certainement un système privé compétent.

Un équilibre peut être trouvé entre vos attentes et vos moyens.La pandémie a par ailleurs montré que certains pays qu’on n’attendait pas avaient plutôt mieux géré la crise que la France.

Retrouvez dans notre comparatif pays plus de détails sur les systèmes de santé et l’accès aux soins dans les principaux pays d’expatriation à la retraite ici.

L’intégration

S’installer à l’étranger implique de s’intégrer et, parfois, de reconstruire une vie sociale une fois sur place. C’est peut être plus facile pour des étudiants ou des actifs grâce à la fac, les collègues de travail ou l’école des enfants.

A moins d’aller dans un coin reculé, vous n’êtes certainement pas les premiers français à vous installer dans le pays où vous souhaitez aller. Dans beaucoup de pays, il existe de très nombreux moyens qui facilitent l’intégration (associations, évènements, réseaux sociaux etc…), que vous préfériez rencontrer des locaux, des français ou d’autres expatriés (ou, l’idéal, les trois à la fois).

Découvrez plus d’infos sur notre plateforme!

Par ailleurs, si vous envisagez de partir dans un pays non francophone, le fait d’apprendre la langue et de faire l’effort de la parler, même sommairement, constitue toujours un sésame incroyable pour rencontrer et créer des liens avec des locaux.

La peur du retour

Avant de penser au retour, pensez au départ…

Plus sérieusement, un retour d’expatriation constitue un challenge. Mais vous pourrez vous faire aider par votre entourage, vous parlez la langue, connaissez les administrations, organismes, prestataires à contacter.

Et vous aurez l’expérience d’une installation dans un pays étranger, beaucoup plus compliquée. Vous serez nécessairement mieux armé(es) si vous rentrez.

***********************************************

S’installer à l’étranger à la retraite présente donc de nombreux avantages et de nombreux challenges, et les freins généralement remontés par les candidats au départ sont plutôt légitimes mais tous, ou presque, peuvent être levés.Neoexpat vous aide à construire et mettre en œuvre votre projet grâce à un parcours en 5 grandes étapes, des dossiers complets et des outils en ligne permettant de préparer et suivre l’avancement de vos démarches.

“Le plus difficile pour un homme qui habite Vilvoorde et qui veut aller vivre à Hong-Kong,

ce n’est pas d’aller à Hong-Kong, c’est de quitter Vilvoorde”

– Jacques Brel

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez nos précédents articles :

Préparez maintenant l’après-covid

Pourquoi la retraite à l’étranger ?

  • Découvrez notre dossier “Retraite à l’étranger : êtes-vous prêt(e) ? sur notre plateforme ici

Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Pourquoi la retraite à l’étranger?

Pourquoi la retraite à l’étranger

Cette idée – ce rêve pour certains – de s’installer à l’étranger à la retraite semblait inaccessible il y a encore 20 ans, réservée à une minorité, souvent d’anciens expatriés ou à des personnes sans attache et plutôt aventureux.

La hausse du coût de la vie, la mondialisation, l’intégration croissante de l’Europe et l’instauration de politiques attractives (visas, fiscalité…) ont considérablement accentué la mobilité internationale des actifs, des étudiants mais également des retraités ces deux dernières décennies.

S’installer à l’étranger à la retraite est désormais à la portée de tous ou presque.

Les stéréotypes “c’est pour les riches” ou ceux liés à l’évasion fiscale ont la vie dure, mais ne concernent qu’une petite minorité de retraités expatriés. l’expatriation à la retraite concerne en effet toutes les CSP* et tous les budgets. Et d’ailleurs il n’existe pas une mais bien différentes formes d’expatriation à la retraite, à l’image de la société : on peut partir seul(e) ou en couple, à l’année ou quelques mois par an, à côté en Espagne ou à l’autre bout du monde.

Vous souhaitez vous installer à l’étranger à la retraite, vous caressez cette idée, même vaguement, ou vous n’avez simplement jamais imaginé que s’expatrier à la retraite pouvait vous permettre d’améliorer votre qualité de vie. Neoexpat a listé pour vous les principales raisons de s’installer à l’étranger à la retraite.

Pour le cadre de vie

Vous avez peut-être vécu des années à un endroit donné sans vraiment avoir le choix (proximité du travail) ou pour être près de vos proches. Ne plus avoir de contrainte professionnelle vous donne l’opportunité de choisir l’environnement qui correspond le mieux à vos attentes, en France ou ailleurs. Le soleil, la mer parfois, et le climat en général agissent souvent comme des aimants.

Depuis des décennies, le littoral et le sud de la France attirent les seniors, et ce n’est pas un hasard si les retraités s’expatrient majoritairement dans des pays du sud (voir notre dossier où partir), contrairement aux actifs ou aux étudiants portés par des motivations et opportunités différentes.Le cadre de vie ne se résume pas au climat.

Prendre son temps, vivre plus lentement dans un pays et une région où le rythme de vie est moins stressant qu’en France constitue également une source de motivation pour prendre sa retraite à l’étranger.

Le soleil, le bord de mer, la lenteur … tout cela existe évidemment en France, mais notre littoral et les régions ensoleillées sont malheureusement souvent trop onéreuses pour de nombreux retraités, et partir à l’étranger offre davantage de choix et de diversité que la France seule.

Pour vivre mieux avec moins

La retraite s’accompagne généralement d’une baisse de revenus (pouvant aller jusqu’à -45% pour les cadres). Les besoins évoluent également mais, si cette baisse est mal anticipée (ce qui est souvent le cas), le niveau de vie peut se retrouver amputé.

S’installer à l’étranger à la retraite permet de compenser cette perte de revenus et de maintenir – voire d’améliorer ! – votre pouvoir d’achat et votre qualité de vie à la retraite.

La question du pouvoir d’achat est donc centrale dans un projet d’expatriation à la retraite. Celui-ci peut évoluer plus ou moins favorablement selon le pays bien sûr (voir notre dossier pays), et même selon la région ou la ville où vous vivrez, mais aussi selon votre mode de vie et votre façon de consommer (français vs local).

Vous pouvez espérer y gagner tant sur les dépenses courantes que sur votre logement. Selon le cas, vous pourrez vous offrir des petits luxes et des plaisirs inaccessibles en France : un jardinier, un(e) employé(e) de maison, des restos fréquents, une vue sur la mer ou encore une piscine.

Pour se réinventer

Prendre un nouveau départ, changer de vie ou vivre une aventure…Savez-vous qu’au moment de prendre votre retraite, il vous reste en moyenne 27 ans à vivre? Il n’est pas trop tard pour envisager de nouveaux projets de vie, et s’installer à l’étranger sera forcément une expérience forte.

Une expatriation vous fera rencontrer des gens avec un regard différent et découvrir une nouvelle culture et un nouveau style de vie avec la cuisine, la musique, les traditions qui vont avec.

Vous pourrez faire de nouvelles rencontres, élargir votre cercle d’amis et, selon le pays, apprendre une nouvelle langue. Une expatriation s’accompagne forcément d’une ouverture d’esprit, permet d’en apprendre davantage sur soi et de prendre du recul sur sa propre culture et son propre pays.

Le faire à la retraite, avec du temps devant vous, vous permettra d’en profiter encore plus.La crise que nous traversons et les restrictions que nous vivons depuis un an ont suscité ou accentué l’envie ou le besoin de revoir nos priorités et d’élaborer un nouveau projet de vie.

S’installer à l’étranger à la retraite permet, assurément, de vivre une des plus belles expériences de votre vie!

Fuir ses problèmes ou la morosité ambiante ?

De nombreux échanges avec des retraités hors de France ont mis en évidence une volonté de quitter la France dans laquelle ils disent ne plus se reconnaître. On ne peut donc pas occulter le fait que certains partent exaspérés ou fatigués par ce qu’ils jugent ou pensent être des dysfonctionnements inacceptables.

D’autres partent pour fuir des problèmes personnels. Ces motivations s’entendent, notamment à l’aune de la crise que traversent de nombreuses démocraties.

Dans tous les cas, il faut être conscient du fait que partir vivre à l’étranger n’est pas forcément la solution miracle qui va régler les problèmes qui ne manqueront pas, souvent, de vous suivre à l’étranger, et que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs. L’idéal reste donc de bien clarifier vos motivations et vos freins.

***********************************************

Vivre à l’étranger constitue une opportunité concrète d’améliorer votre qualité de vie à la retraite : augmenter votre pouvoir d’achat et profiter d’un nouveau cadre de vie au soleil, quel que soit votre niveau de revenu. Le départ en retraite s’accompagne d’une liberté incroyable, et présente un potentiel sans limite pour se réinventer. Vous êtes, tout simplement, libre de vivre (presque) où vous voulez.

Les contraintes, matérielles et autres, peuvent exister et perdurer à la retraite, et les challenges sont nombreux (nous y reviendrons) ; mais ceux-ci peuvent être dépassés !

Pour aller plus loin :

  • notre comparatif pays et notre quiz pays, libres d’accès ici, pour découvrir les meilleurs destinations pour la retraite à l’étranger et identifier quel pays est fait pour vous
  • notre article expliquant pourquoi c’est le bon moment pour préparer sa retraite à l’étranger ici
  • notre dossier “Êtes-vous prêt(e) pour la retraite à l’étranger ? Testez votre motivation” (accessible dans votre espace)

inscrivez-vous à notre Newsletter et découvrez prochainement les gains de pouvoir d’achat dont vous pouvez bénéficier dans chaque pays que nous recommandons

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Catégories
blog

Préparez maintenant l’après-covid

Préparez maintenant l’après-covid

La sortie de crise se profile enfin en France, mais la situation en Europe et dans le monde est très hétérogène, et nous sommes nombreux à avoir remis à plus tard nos projets de voyages et de mobilité internationale. Les restrictions liées au Covid vous ont peut être contraint de rester en France et d’annuler ou de reporter votre projet d’expatriation à la retraite. Mais la situation ne vous empêche pas de continuer à rêver et de planifier l’après-covid ! C’est même le bon moment pour penser à la vie d’après et préparer la sortie de crise pour être prêt, le moment venu, à réussir vos nouveaux projets de vie.

Mûrir son projet, faire un budget, identifier et lister les démarches, ou même apprendre une nouvelle langue… De nombreuses choses peuvent être anticipées. S’installer à l’étranger à la retraite implique de gérer une multitude de démarches, dans de nombreux domaines, auprès d’une foule d’interlocuteurs, et une expatriation réussie dépend largement de la qualité de sa préparation. Le caractère imprévisible de la pandémie souligne même, plus que jamais, qu’il faut bien préparer (notamment) les questions de santé.

La Covid-19 rebat les cartes dans de nombreux domaines : sanitaire, économique, politique etc… et génère de nouvelles contraintes mais également de nouvelles opportunités !

Voici un petit tour d’horizon de ce que vous pouvez préparer dès maintenant, en tenant compte des principaux impacts de la pandémie à court terme et en attendant de vous installer à l’étranger pour de bon (ou simplement de faire un voyage exploratoire).

Où partir : la crise rebat les cartes, tenez-en compte

Contrairement aux actifs ou aux étudiants qui s’expatrient dans le monde entier, les retraités français s’installent historiquement et majoritairement dans une dizaine de pays seulement. Les principaux critères considérés pour choisir le pays où s’installer à la retraite sont (sans tous les citer ici) : le climat, la proximité géographique, le coût de la vie, le système de santé et l’accès aux soins, la fiscalité et la sécurité.

La crise que nous traversons touche tous les pays du monde, mais les impacts immédiats et à moyen terme sont et seront plus ou moins critiques selon le cas. La crise n’a pas été gérée de la même façon entre Etats, et les conséquences sont très différentes d’un pays à l’autre. Que vous ayiez déjà choisi votre destination ou que vous commenciez seulement à y réfléchir, il peut être utile de considérer trois éléments dans votre réflexion :

De nombreux pays ont changé ou changent leur politique d’immigration

Les nouveaux visas “télétravail” illustrent bien cette tendance et la nécessité pour de nombreux pays d’attirer à nouveau des étrangers (actifs et/ou retraités occidentaux) sur leur sol pour notamment la consommation et la reprise économique. Ces changements peuvent directement impacter l’attribution des visas et rendre compliqué ou encore aléatoire un projet de retraite dans certains pays à court terme (exemple de la Thaïlande). Dans d’autres cas, des avantages fiscaux sont instaurés pour attirer les retraités étrangers, comme l’a fait la Grèce en 2020. La situation est encore souvent incertaine, et il est difficile d’anticiper tous les changements à venir. Il faut donc rester en veille sur ce sujet.

Les questions sanitaires et de santé

Au niveau sanitaire également la crise rebat les cartes. Il apparaît clairement que certains pays gèrent beaucoup mieux que d’autres la crise sanitaire et cela pourrait avoir des conséquences sur le choix des futurs expatriés d’une destination plutôt qu’une autre. La pandémie a conduit de très nombreux expatriés à rentrer – temporairement ou de manière permanente – dans leur pays d’origine. Cela pourrait dissuader des candidats à l’expatriation à la retraite de partir s’installer au bout du monde et les encourager à se rabattre sur des pays plus proches, permettant si besoin d’organiser plus facilement un retour inopiné.

L’impact sur l’économie

Si les prévisions sont toujours à considérer avec prudence, il apparaît déjà que certains pays retrouveront leur niveau de PIB d’avant la crise dès 2022, mais d’autres pas avant 2023 voire 2024. Parmi les pays les plus durement touchés par la crise, on trouve notamment ceux dépendant du tourisme et qui sont justement des destinations privilégiées pour la retraite à l’étranger (la Thaïlande, la Grèce, le Portugal, également l’Espagne). Les conséquences possibles sur le coût de la vie (inflation), le prix de l’immobilier, la fiscalité etc… doivent être prises en compte.

Anticipez ce qui peut (ou doit) l’être :

Que vous soyez déjà décidé(es) ou que vous caressiez vaguement l’idée de vous installer à l’étranger à la retraite, de nombreuses choses peuvent et doivent être anticipées. Selon la maturité de votre projet, vous pourrez par exemple vous renseigner en détail sur le coût de la vie et les prix de l’immobilier et préparer un budget, ou initier certaines démarches qui prennent du temps comme la demande d’un visa pour certains pays.

Plus concrètement, l’immobilier mis à part, deux sujets peuvent coûter particulièrement cher ou être lourds de conséquence s’ils sont mal préparés :

La couverture santé

Certaines personnes s’expatrient sans se préoccuper de cette question, ou en l’occultant car une bonne couverture santé à l’étranger peut coûter cher, surtout à la retraite. C’est tout à fait possible de repousser ce sujet à plus tard, mais risqué. C’est comme pour une assurance auto ou habitation : il vaut mieux s’assurer avant l’accident ou le sinistre, pas après. Même si vous êtes aujourd’hui en bonne santé, celle-ci peut se dégrader avec le temps. Ne négligez pas cette étape et anticipez autant que possible ces changements et le choix des solutions en fonction de votre situation et de vos moyens.

Les questions d’ordre juridique

Ces questions ne sont pas les plus drôles mais, là encore, des erreurs ou des mauvais choix (ou le simple fait de ne pas s’en occuper) peuvent être lourds de conséquences. Si vous divorcez ou que vous décédez à l’étranger, les règles qui s’appliqueront dans votre pays d’accueil ne sont pas nécessairement celles qui s’appliquent en France. Il est donc avisé de sécuriser ces sujets (succession notamment) avec un spécialiste.

***********************************************

En conclusion, selon le projet de vie que l’on a, la crise que nous traversons peut rendre compliqué un départ à très court terme (mais pas impossible!), et les incertitudes qui perdurent (ouverture des frontières, conditions d’accès, aléas économiques etc…) vous empêchent peut-être de passer à l’action et concrétiser un projet de retraite à l’étranger. Mais rien ne vous empêche de commencer à vous préparer, tout en restant flexible et résilient.

Une chose est sûre : la situation mondiale et dans chaque pays va continuer d’évoluer dans les mois à venir, générant de nouvelles contraintes et de nouvelles opportunités !

A vous de voir le verre à moitié plein…

Pour aller plus loin :

  • Restez informé en vous abonnant à notre Newsletter ici
  • Inscrivez vous sur notre plateforme pour obtenir une checklist détaillée et personnalisée des démarches ici
  • Découvrez nos autres articles sur la retraite à l’étranger ici

Nous publierons dans les prochaines semaines un comparatif des meilleures destinations pour vivre sa retraite à l’étranger et un quiz pour découvrir dans quels pays vous installer.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Join our list stay in the loop with promos.

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Abonnez-vous à notre newsletter

Tenez-vous informé de la publication de nos articles

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();

Être informé lorsqu’un nouvel article est publié

!function(){function t(t){this.element=t,this.animationId,this.start=null,this.init()}if(!window.requestAnimationFrame){var i=null;window.requestAnimationFrame=function(t,n){var e=(new Date).getTime();i||(i=e);var a=Math.max(0,16-(e-i)),o=window.setTimeout(function(){t(e+a)},a);return i=e+a,o}}t.prototype.init=function(){var t=this;this.animationId=window.requestAnimationFrame(t.triggerAnimation.bind(t))},t.prototype.reset=function(){var t=this;window.cancelAnimationFrame(t.animationId)},t.prototype.triggerAnimation=function(t){var i=this;this.start||(this.start=t);var n=t-this.start;504>n||(this.start=this.start+504),this.element.setAttribute("transform","rotate("+Math.min(n/1.4,360)+" 12 12)");if(document.documentElement.contains(this.element))window.requestAnimationFrame(i.triggerAnimation.bind(i))};var n=document.getElementsByClassName("nc-loop_circle-02-24"),e=[];if(n)for(var a=0;n.length>a;a++)!function(i){e.push(new t(n[i]))}(a);document.addEventListener("visibilitychange",function(){"hidden"==document.visibilityState?e.forEach(function(t){t.reset()}):e.forEach(function(t){t.init()})})}();